Payer ses dettes, en quatre étapes (loin d’être) faciles

D’ici quelques semaines, ma dette aura descendu en bas de 10 000$.

Je ne me rappelle plus du moment où elle avait grimpé en-haut de la barre des 5 chiffres. Probablement que je ne m’en étais même pas rendu compte. Elle était probablement dispersée parmi plusieurs cartes et marges.

Dans le passé, j’ai souvent essayé d’affronter la bête. Mais à chaque fois, elle restait statique ou même augmentait. Cette fois, je la sens diminuer au fil des mois. Qu’y a-t-il de différent ?

J’ai une bonne raison

Un fumeur, un alcoolique, n’arrêtera jamais de consommer si son épouse lui demande. Ou s’il le fait, ce sera seulement pendant un bref moment… avant de recommencer, ou d’apprendre à mieux se cacher.

(L’usage du masculin est aléatoire)

Non, il arrêtera lorsque la décision viendra de lui-même. Et souvent, ce sera après une réalisation soudaine ou une rapide descente vers le fond du baril.

Quand, dans le passé, j’ai voulu combattre ma dette, je n’avais pas de raison précise. Je concevais, intellectuellement, qu’une dette était une attache. Que sans cette attache, je serais plus libre. Mais vivant en appartement, et sans grande dépense ni danger imminent, une petite menotte ne me gênait pas tant.

Mais une fois propriétaire, mes menottes devenaient beaucoup plus lourdes. Et quand tout a basculé, j’avais déjà la corde au cou.

J’ai décidé, alors, que si la vie m’envoyait un nouveau revers, j’allais l’attendre sans dettes, et avec un fond d’urgence.

Et là, les choses sont devenues plus sérieuses.

J’ai affronté le problème

Il est toujours plus facile de rester confortablement blottie dans le déni de sa situation. C’est quand j’ai additionné les chiffres que la grosseur du nombre m’a fait peur.

Et cette fois, malgré mes calculs les plus radicaux, je ne m’en sortais pas au bout de quelques mois. Si je faisais une entente avec la banque, et que je répartissais les montants, j’en avais pour sept ans avant d’être libre. C’est long.

En théorie, au-delà de 3 ans à rembourser ses dettes, on devient cyniques, fatigués, épuisés. C’est là que le «fuck-it» apparaît.

Pour rembourser en moins de trois ans, ça demandait des changements radicaux. Je ne pouvais pas déambuler doucement vers la liberté financière. Il fallait un plan.

J’ai fait un plan

Plusieurs plans en fait. Tout d’abord, j’ai fait un budget.

Ayant peur d’oublier des factures, j’ai consulté l’Association coopérative en économie familiale. C’est un service communautaire gratuit au Québec. En une heure, on a dressé un budget plus que complet. J’avais de quoi sur lequel bâtir.

Deuxièmement, j’ai élaboré un plan de remboursement pour tout payer en moins de 3 ans. Pour ce faire, j’ai utilisé la technique de la boule de neige, soit de la plus petite dette à la plus grande, sans tenir compte du taux d’intérêt.

Pour me motiver, j’allais avoir besoin de petites victoires.

Pour mes autres stratégies, je les développe encore, jour après jour. Souvent, je laisse mon portefeuille à la maison pour éviter les achats impulsifs. Je n’achète pas de vêtements la semaine, je fais l’épicerie avec une liste, etc, etc.

Les trois trucs qui ont donné le plus de résultats sont :

J’ai changé mon rapport à la consommation

En entrant dans l’âge adulte, je pensais qu’il fallait posséder un set de vaisselle de tous les jours et un set pour la visite.

J’adorais magasiner.

Mais depuis, c’est étrange. Quand je vais dans un centre commercial, on dirait que je n’ai plus le goût de rien. Je trouve tout beau, mais j’ai du mal à tripper sur un objet au point de vouloir le faire entrer dans ma vie. Le fait de devoir me limiter m’a appris qu’on n’a pas besoin de posséder un objet pour l’apprécier.

Grande lectrice, je rêvais d’une bibliothèque pleine. Aujourd’hui, je n’ai presque plus rien dans ma bibliothèque, mais j’ai toujours un livre dans les mains (seulement, je devrai le rendre quand je l’aurai terminé).

Il y a bien des choses comme ça que je ne ressens pas le besoin de posséder : un ensemble à fondue, une scie à onglets… Il y a toujours moyen d’emprunter ou de louer.

Quand tout ça sera terminé, le plus étonnant, c’est que je ne pense pas reprendre les habitudes qui m’ont conduite vers l’endettement.

Quand on essaie, jour après jour, de prendre des nouvelles habitudes, hé bien, semble-t-il qu’un jour, on finit par les prendre.

Ça devient une seconde nature.

Certains disent que les miracles n’existent pas, c’est faux. Mais ils arrivent tout doucement, un petit pas à la fois.

3 réflexions sur “Payer ses dettes, en quatre étapes (loin d’être) faciles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.