L’argent, encore un grand tabou

On ne parle pas de ça…
On ne discute pas du salaire qu’on fait, des dettes que l’on a, de combien on a (ou on n’a pas dans nos REER).
On parade nos éléments de richesse, mais semble-t-il qu’on les achète tous en solde, ou à rabais.
On vit dans un monde de paraître, mais on n’a aucune idée du coût de ce monde.
Mais si le voisin peut se le permettre, pourquoi pas soi.
Sauf qu’on ne le sait pas, mais le voisin a une dette dans les six chiffres. Il a hérité très jeune et a investi intelligemment. Son salaire est nettement plus élevé que le nôtre.
On s’engage sur un terrain sans avoir la moindre idée de quelles armes nos adversaires disposent.
On envie, on suit, et à notre tour on stimule l’envie.
Comme dirait… je ne sais plus qui… parce que cette expression a été trop galvaudée :
«On dépense de l’argent qu’on n’a pas, pour acheter des trucs dont on n’a pas besoin, pour impressionner des gens qu’on n’aime pas.»
Mais ça, ça ne dure qu’un temps. Parce qu’à un moment donné, la fête prend fin et la facture arrive.
Et là on se sent pas mal honteux. Comment on a pu laisser aller les choses à ce point.
____
Je pourrais vous parler longtemps de toutes les stratégies marketing, des 5000 publicités que nous voyons en moyenne par jour. Du climat qui nous encourage à toujours travailler plus, pour dépenser plus.
De la laisse qu’on se tresse jour après jour en se laissant dominer par ce qu’on possède.
Du fait que 51% des Canadiens n’ont aucun fond d’urgence, que leur style de vie est tellement équivalent à leur salaire qu’ils sont prisonniers de leur emploi (heureusement 64% d’entre eux aiment leur travail).
____
Mais ce dont j’ai surtout envie de parler, c’est de cette honte. De cette honte qui nous empêche de lever le voile sur le tabou des finances.
Parce qu’on a tous fait des gaffes.
Parce qu’on a tous acheté quelque chose qu’on a jeté 24 heures après.
Parce qu’on ne fait pas toujours les meilleurs choix.
Parce qu’on est tous humains.
Et que la honte nous empêche de demander notre dû, de relever des injustices et de réaliser qu’on se fait peut-être avoir à quelque part.
Peut-être le temps est-il venu d’en discuter ?

5 réflexions sur “L’argent, encore un grand tabou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.