Comment résister à la tentation d’acheter

J’ai une confession à faire.
Mercredi soir, j’ai acheté du pain au IGA. Sur le comptoir, il y avait des beignes à déguster. En quelques minutes j’ai dû manger l’équivalent de trois beignes, en tits morceaux de beignes.
Ensuite, la moitié de la baguette a disparu pendant le trajet vers chez moi.
J’ai alors réalisé que j’avais oublié une partie très importante du défi.
On ne vit pas en vacuum. Au départ, je croyais que manger suffisamment, de manière saine, serait le plus grand défi. Je croyais que le respect du budget serait le plus difficile.
Mais non, le défi, c’est de résister à la tentation.
Depuis dimanche, la quantité de sucre ajouté dans mon alimentation a fortement diminué, ce qui m’a occasionné quelques cravings au début, mais qui se font maintenant plus forts que jamais. Si je me fie aux articles sur les régimes sans sucre ajouté, ces envies diminueront tranquillement dans cette deuxième semaine avant de disparaître. Mais le plus dur est encore à venir.
Je travaille au centre-ville de Québec. La quantité de nourritures et de cuisines variées autour de moi est énorme. La marche du midi est un exercice de résistance. J’ai l’impression que les envies refoulées forment une file indienne dans mon esprit et n’attendent que le bon moment pour revenir.
Tout ça s’ajoute au fait que partout, partout, PARTOUT (grande respiration dans un sac brun), on est encouragés à dépenser. Seulement 8,99!!! Économiser en dépensant! (slogan gracieuseté d’une publicité de Tangerine dans la boîte aux lettres).
Je ne mentirais pas ici, dépenser, c’est vraiment l’fun. Ça nous donne un high, on imagine notre vie avec cet objet. Depuis que la publicité a compris que nous vendre un objet, c’est nous vendre un style de vie, on a laissé les produits devenir des extensions de notre personnalité. Est-ce que cette tasse à café démontre assez que je suis détendue et ouverte aux autres ?

L’alimentation est un produit comme les autres

Si je perçois des objets comme des extensions de ma personnalité, qu’en est-il du contenu de notre panier d’épicerie. Ce n’est pas pour rien qu’Instagram est bourré de photos de nourriture.

« Regardez ce zucchini comme si c’était votre premier-né. » – Direction photo
On cuisine de moins en moins, mais quand on le fait, on aime impressionner. Et à 30$ par semaine, hé bien, certains repas ne sont pas instagramables, surtout le mijoté aux légumes un peu raté qui est devenu un velouté de légumes. Mais c’est une cuisine plus vraie, plus près de ce que nos grands-mères faisaient. Depuis le début, j’ai des envies, mais j’ai aussi l’impression que je n’ai jamais aussi bien mangé. Mes compétences en cuisine ont pris pas mal de galon.
Respecter son budget, c’est apprendre à trouver de la valeur dans ce qu’on a. Mais c’est vraiment très dur. Nos comparaisons nous suivre partout dans nos poches et nos sacoches. Les odeurs et les affiches nous excitent, nous montrent que la vie pourraient être mieux avec plus.
Découvrir qu’elle peut être mieux avec moins, c’est tout un apprentissage.

2 réflexions sur “Comment résister à la tentation d’acheter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.