À deux, c’est mieux… mais seul, ce n’est pas si mal

Vivre en couple, ça n’est pas toujours facile. En général, on doit avoir la décence de ne pas péter sous les couvertures, de faire l’épicerie en tenant compte que l’un préfère le pain brun et l’autre le blanc et de ne pas laisser sa tasse de café sale sur le comptoir le matin (je m’excuse mon amour…).

Mais au-delà des ajustements normaux et des petites chicanes de siège levé, siège baissé, il faut tout de même avouer que vivre en couple comporte de nombreux avantages, notamment au niveau financier.

Et là, attention, je ne parle pas de ceux dont le conjoint est toxicomane, accro au magasinage ou qui cache une dette de plusieurs dizaines de milliers de dollars. Ça c’est un autre problème, dont les finances en sont le symptôme.

Quand on est en couple, on combine nos finances, souvent pour le meilleur. Résultat : un gros rabais sur le loyer, l’épicerie, l’accès internet et sur le transport, pour ceux qui choisissent de covoiturer.

Pour les solitaires, qui comptent aujourd’hui pour près de 30% des ménages, le budget laisse moins de marge de manoeuvre. Non seulement ceux-ci se retrouvent-ils seuls pour payer les essentiels, mais en plus, ils ne bénéficient pas des avantages fiscaux dont disposent les autres types de ménages. Le seul dont ils peuvent bénéficier, c’est le crédit d’impôt pour personne seule, qui est non-remboursable.

En plus de devoir dépenser davantage, les célibataires ont aussi besoin d’épargner plus. Comme ils ne peuvent se fier que sur leur seul salaire, ils doivent s’assurer de prévoir les mauvais coups du destin. Un célibataire qui perd son emploi ne peut compter que sur sa seule épargne, il est donc préférable que celle-ci couvre plusieurs mois de salaire. Surtout que le temps moyen pour se retrouver un nouvel emploi est de quatre mois.

La situation n’est donc pas très rose pour les personnes vivant seules. L’indépendance a un prix, mais pour ceux qui se sont trouvés “mal matchés”, ce prix en est un qu’ils sont bien prêts à payer.

Pour l’amoindrir un peu, voici tout de même quelques trucs financiers pour les célibataires :

1- Recréer une “famille”

Pour les dépenses les plus importantes, voyez si vous n’avez pas la possibilité de séparer vos dépenses avec une ou plusieurs autres personnes.

Logement

Louer une chambre ou prenez un colocataire. Louer votre espace de stationnement. Proposer d’entreposer des meubles et autres en échange d’un petit montant (vous savez très bien que vous n’utilisez pas votre bureau ou votre pièce “pour lire”).

Épicerie

Faites l’épicerie une fois par semaine avec un ou une amie et cuisinez ensemble. Joignez-vous à une cuisine communautaire. Échangez-vous des petits plats entre voisins (l’un fait une grosse lasagne, l’autre un pâté chinois et hop).

Voiture

Faites du covoiturage avec des collègues ou des voisins.

Accès internet ou autres

Vérifiez si les autres personnes dans votre bloc ne seraient pas ouverts à se procurer un accès internet pour le logement au complet.

Naturellement, je propose les voisins, collègues et amis, mais sinon, n’hésitez pas à vous joindre à des activités communautaires ou à des groupes d’intérêts.

2- Acheter en gros, malgré tout

Ce n’est pas parce qu’on est seuls que l’on doit se restreindre au petit paquet de papier toilette. Aux dernières nouvelles, ces besoins ne vont pas disparaître, et vous allez sauver de l’argent au final.

Même chose pour l’épicerie, profitez d’une des plus belles inventions de l’ère moderne (après les serviettes hygiéniques, internet et le fidget spinner). J’ai nommé : le congélateur.

Il ne vous faudra que quelques semaines avant d’obtenir une variété suffisante de petits plats pour ne pas vous farcir le même couscous tous les soirs, mais ça vaut la peine. Surtout que, trop souvent, quand on vit seul, on a tendance à devenir paresseux sur la cuisine.

Avoir des petits plats, faciles à décongeler, vous évitera les toasts au beurre d’arachides trois soirs d’affilée.

Truc en vrac :

Puisqu’on en est sur le sujet de l’achat en gros, ne sous-estimez jamais le vinier. Pour les amateurs du tit verre en revenant de travailler, vous vous éviterez de gaspiller du vin (ou de devenir alcoolique).

3- Rigueur, rigueur, rigueur

L’avantage d’être célibataire, c’est qu’on est les seuls responsables de notre budget. Le désavantage, c’est qu’on est les seuls responsables de notre budget. Pour assurer votre sécurité financière, il est essentiel de vous informer, et de penser à long terme.

Le nombre de gens vivant seuls tend à augmenter. Qui sait si d’ici quelques années, de nouvelles solutions ne vont se manifester pour répondre à des besoins grandissants. D’ici là, dites-vous que, bien que vous soyez seuls pour ramer, au moins vous avez le choix de votre destination.

Pour en savoir plus : https://urbania.ca/article/etre-celibataire-ca-coute-cher/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.