Le bien-être dans le portefeuille

Ce mois-ci, j’ai voulu aborder la notion de « prendre soin de soi ». Hé bien, j’affirme que de prendre soin de ses finances fait partie des piliers du bien-être (les autres étant la santé et nos relations sociales).

« Mais WO là, Gab, attends une minute, tu veux dire que l’argent fait le bonheur. T’as pas honte d’être aussi matérialiste ? », me crieront de l’arrière-scène ces personnes qui ont acheté le billet pour ma conférence à crédit.

Ce à quoi j’argumente que non, l’argent ne fait pas le bonheur, mais qu’il y contribue. Voici comment :

Sécurité

Réglons d’avance ce point qui est probablement le plus fort du lot. Avec un fond de sûreté, des lignes de crédit vides et de l’épargne à long terme, on dort pas mal mieux la nuit. Tous les coups du destin que Murphy nous envoie dans la face nous assomment si les finances ne se portent pas bien au départ. La sécurité financière permet de transformer une calamité en dérangement temporaire.

Liberté

Et non, je ne parle pas de la liberté d’acheter ce qu’on veut, quand on le veut… mais de la vraie liberté.

Imaginez-vous à l’aube d’un divorce. Vous vous disputez tous les jours depuis un an, votre vie familiale est empoisonnée. Vous vous porteriez certainement mieux si vous choisissiez de faire vie à part. Mais là, vous avez contracté une deuxième hypothèque, vous croulez tous les deux sous les dettes et juste les frais d’avocats vous donnent de l’urticaire. Vous n’avez aucunement la possibilité financière de vous retrouver seul. Même la thérapie de couple qui pourrait vous sauver vous semble coûter les yeux de la tête. Alors vous endurez votre situation en espérant qu’elle s’améliore.

Ou imaginez-vous dans un emploi que vous détestez. Vous êtes bien payés, mais chacune de vos payes se fait gruger par vos paiements de voiture, de maison, et de meubles achetés en « payer plus tard ». Vous maintenez fragilement l’équilibre de vos finances grâce au salaire que vous verse votre employeur. Mais un matin, un de vos collègues devient votre patron et impose un régime de terreur. Vous êtes sa cible préférée. Ou votre employeur vous demande de trafiquer des rapports illégalement. Que faites-vous, sachant que de trouver un nouveau travail prend six mois et que votre style de vie n’est possible qu’avec votre salaire actuel ?

Quel bonheur de pouvoir prendre une décision morale, ou émotive, sans que l’argent n’entre en ligne de cause. C’est ça, la vraie liberté.

Plaisir

Ben oui, il ne faut pas le négliger celui-là. Et c’est souvent là où le bât blesse. On dirait qu’on n’est pas capable de trouver l’équilibre entre la quête du plaisir incontrôlée et la frugalité extrême. Et pourtant, le fun aussi, ça se budgète.

Toutes les semaines, je garde de l’argent à brûler dans mon portefeuille. Café, gomme, bière, etc. Cet argent est là pour ça. Budgéter me donne la permission de flamber sans culpabilité.

Actualisation de soi

Prévoir, voir à long terme… ça nous aide à aligner nos actions actuelles avec un futur que l’on désire. Quand on réfléchit et qu’on agit pour construire notre vie, on a moins de chance de se réveiller au beau milieu de la nuit en se demandant comment on en est arrivé là.

Il y a quelque chose de fondamentalement valorisant à tenir les rênes de son existence plutôt que d’être une victime des événements.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.