Le purgatoire

Quand on cherche à équilibrer son budget, à payer ses dettes ou à mettre de l’argent de côté, nous avons souvent le même réflexe : dépenser moins. 

Mais ce réflexe prend une forme spécifique. À peu près tout le monde se dit : «Je vais couper dans le plaisir.» 

Bon, on ne le dit peut-être pas comme ça. On dit plutôt «je ne mangerai plus au resto», ou «le nouveau linge, c’est fini.» En résumé, les dépenses à couper, ce sont les surplus, le crémage, le petit luxe. Et ce faisant, en adoptant cette posture, nous nous plaçons tout de suite dans une position de manque. 

Et ce manque est exacerbé quand on calcule les mois avant notre objectif. On s’imagine tout de suite qu’on en a pour quatre ans à se priver ainsi. Nous transformons notre objectif en purgatoire. 

Remarquez, c’est un peu normal. Le discours entourant les finances personnelles est souvent accompagné de jugement et de honte. Nous avons péché en achetant des meubles à tempérament, maintenant il nous faudra traverser le désert. Pour notre salut. 

Rembourser ses dettes n’est plus un simple but, mais une quête de rédemption. Rien de moins. 

Il y a une raison pour laquelle j’ai abordé rapidement le concept de la honte au début de ce blog. C’est que trop souvent, le discours entourant la prise de meilleures habitudes semble toujours s’accompagner d’une bonne dose de honte. «J’ai touché le fond.»

Ne vous détrompez pas, je pensais ainsi, aussi. Mais maintenant, j’essaie de changer mon fusil d’épaule. 

Car ce que je reproche à la honte, ce n’est pas son côté profondément négatif, ce n’est pas qu’elle me fasse feeler comme de la m***. 

C’est qu’elle est inefficace. 

Personne ne change sous les coups de l’insulte. Au contraire, les gens perdent l’estime d’eux-mêmes et se réfugient dans leurs mauvais comportements. 

Changeons le paradigme. 

Et si on considérait que prendre de bonnes habitudes, c’est prendre soin de soi. 

Et si on choisissait de se faciliter la vie un peu. 

Car oui, on peut se priver de tous nos petits plaisirs, mais ce n’est pas toujours ça qui fait pencher la balance. 

De mon côté, ce qui a le plus joué sur mon budget a été de : changer mon forfait Internet et téléphonie, négocier mes assurances, annuler mon abonnement au gym et acheter usagé. Accumulées, ces dépenses représentaient plus de 100$ par mois. Rendu là, je peux bien me payer un ou deux cafés par mois. 

Oui, tout compte, mais certaines choses comptent plus que d’autres. 

Avant de vous culpabiliser et de vous astreindre à l’eau et au pain sec, prenez-le temps de bien analyser votre situation. 

Et ensuite, faites des petits pas vers la solution. 

Mais surtout, prenez soin de vous. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.